top of page
DSC_8541b_edited.jpg

"Icare" (en cours de création)

Présentation de la version complète le - 6 juillet 2024

- au Théâtre de Feuillants-21000 Dijon -

Représentant un labyrinthe d’émotions et de mouvements, cette chorégraphie mélange plusieurs styles de danse :

danse contemporaine, hip-hop, afro, krump.

Le concept de transgression devient la condition pour atteindre la liberté. Tiraillés entre désir amoureux et interdit, les danseurs, qui cherchent à s’envoler, sont pris dans une frénésie de mouvements, un tourbillon qui ne s’arrête pas.

Composée de deux parties, cette pièce traite des thématiques que sont la transgression, le désir et le tiraillement entre l’amour et

l’interdiction d’aimer. Dans cette réinterprétation du mythe grec, le chorégraphe rapproche et mélange les sentiments de Phèdre et la volonté de transgression d’Icare. La question fondamentale de l’amour, transmis par Vénus, y est abordée comme une malédiction qui accable l’âme des protagonistes.

La deuxième partie évolue autour de l'idée d'une descente aux enfers qu’Icare vit après avoir désobéi et trouvé la mort. Cette expérience ne se veut ni religieuse, ni spirituelle, mais est vécue d’une manière personnelle et singulière. Car, si le mythe grec nous raconte la chute

d’Icare, il omet de nous dévoiler ce que le personnage encourt ensuite.

Que lui arrive-t-il une fois descendu aux enfers ? Perd-il son âme, l’amour et le désir qui l’animaient jusqu'alors ?

bottom of page